Moi et le yoga – Acte 2 le hatha yoga traditionnel

Yoga contemplation

Un yoga qui invite à la contemplation intérieure

Quelques années après la découverte du livre vert, je me suis mise à travailler à Paris. J’étais stressée en permanence et je manquais cruellement de confiance en moi. De plus, ma vie personnelle était à un tournant. J’avais besoin de retrouver ma sérénité. C’est alors que le yoga et ses bienfaits me sont revenus à l’esprit. Il était temps de pratiquer avec des personnes en chair et en os. Après une rapide recherche sur Internet sans critère particulier, j’ai contacté ma future prof. Celle-ci m’a accueillie 15 minutes avant la première séance pour faire le point. Elle m’a demandé si j’avais des problèmes médicaux particuliers et a commencé à m’expliquer le déroulement d’une séance de yoga. Je suis extraordinairement bien tombée et j’ai continué à suivre ses séances pendant deux ans, jusqu’à ce que je quitte Paris. Le cours se déroulait en 3 parties : un exercice de respiration (pranayama), une ou deux postures en détail puis un moment de relaxation/concentration. Je pense que ce type de séance ne correspondait pas vraiment aux personnes qui voulaient simplement « faire du sport ». C’était bien plus que cela et c’était parfait pour moi.

Le pranayama

Le début de séance était donc consacré au pranayama. En général, nous étions assis en tailleur, en demi lotus ou en lotus pour ceux qui maîtrisaient la posture. Pendant 15-20 minutes nous nous entraînions à la respiration alternée (nadi shoddana), au souffle du forgeron (bhastrika), au nettoyage du crâne (kapalabhati) ou autre respiration carrée ou rafraichissante. Toutes ces techniques avaient des bienfaits différents, parfois extraordinaires. Il ne faut pas croire, mais la concentration sur la respiration est un exercice difficile, qui peut aussi se révéler très physique. Le travail du souffle était pour moi essentiel pour quitter ses tracas du quotidien et aborder la séance sereinement.

Les asanas

La deuxième partie du cours était axée sur les postures (asanas). La prof nous montrait un asana bien en détail avec le souffle correspondant suivant l’effet voulu (par exemple, la posture de la tortue qui  agit sur le premier chakra peut être pratiquée avec la respiration carrée où les temps d’inspiration, d’expiration, de rétention à plein et rétention à vide sont de durées égales). La prise de posture était bien détaillée et nous restions parfois 10-15 minutes dans une même posture. Certains asanas faisaient appel à l’endurance, d’autres  à l’équilibre ou encore à la force. J’appréciais le fait d’avoir le temps de m’installer dans la posture pour en ressentir tous ses bienfaits, pour bien détendre les muscles trop tendus, pour sentir l’énergie se répandre. La prof nous expliquait au fur et à mesure les bienfaits de la posture sur telle ou telle partie du corps.

La relaxation finale

La fin de la séance était consacrée à la relaxation et à la concentration. Nous la pratiquions soit en position assise, soit allongés en position du cadavre (shavasana). Le travail de relaxation s’appuyait sur des supports de concentrations : visualisations, mantras (sons répétés intérieurement ou extérieurement), yantras (gestes de la main) et bandhas (contractions de certaines parties du corps). Pas question de penser à sa liste de course. L’esprit était canalisé par tous ces supports de concentration, mais l’exercice restait tout de même plus difficile qu’on ne le croit. Nous sommes assaillis de milliers de pensées tous les jours et la plupart d’entre elles se répètent inutilement. Pour être serein, il ne faudrait pas avoir trop de pensées à la fois et dédramatiser consciemment les plus anxiogènes. Plus difficile à mettre en pratique qu’à dire…, mais le yoga est un formidable outil pour cela, qui permet de muscler le mental (et le corps !).

Que des bienfaits !

Je ressortais de ces séances totalement zen. Je me sentais parfaitement bien. Parfois je continuais à me concentrer sur ma respirations dans le métro en sortant du cours. Je voyais le monde sous un jour différent plus apaisé et mes petits soucis s’étaient évanouis. Ensuite, je prenais un repas sain et léger et pouvais me remettre à travailler avec une capacité de concentration décuplée. Mon sommeil était excellent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s