Elle marche…même à la maison ?

Nous sommes partis presque un mois au bout du monde dans la famille de mon mari pour les fêtes. L’objectif de ce voyage était surtout de présenter bébé (qui n’en est déjà plus vraiment un du haut de ses un an) à toute la famille.

Un Noël au soleil

La miss a été ravie. Elle a profité de ses cousins, de leurs jouets, de la mer, du soleil, des bains dans la bassine achetée au marché (il en faut peu pour être heureux !), des chikitins (les petits suisses locaux), de ses cadeaux de Noël par 35 degrés à l’ombre… Portée par les encouragements des uns et des autres, elle a même fait ses premiers pas là-bas ! Autant dire que pour elle, ce voyage a été riche en émotions, en surprises, en rencontres et en découvertes en tous genres.

Retour au bercail

Et puis un jour, il a fallu reprendre l’avion et rentrer à la maison. Je me suis dis que la miss aurait perdu ses repères en rentrant, que les petites habitudes quotidiennes allaient avoir du mal à revenir. Et bien, je me suis trompée.

Youpi !

Arrivés devant chez nous exténués avec nos trois valises, la poussette et nos multiples bagages à main, la miss (pas si jet-laguée que cela) a poussé des cris de joie. A notre grande surprise, elle a immédiatement reconnu sa maison à elle, le lieu où elle a passé les premiers mois de sa vie. Dans l’ascenseur, elle a demandé nos bras pour appuyer sur les boutons. Comme avant.

Pas besoin de boussole

Et puis, on a ouvert la porte de l’appartement. Elle s’est précipitée, solidement perchée sur ses deux jambes, directement dans sa chambre. Elle ne s’est pas perdue, n’a pas oublié de tourner à gauche au fond du couloir. Puis, elle s’est jetée sur son tapis, ivre de  joie de redécouvrir ses jouets, ses livres, son lit, tous ses souvenirs de son quotidien qui avaient dû finalement lui manquer.

Elle marche…même à la maison ?

En revanche, nous, pauvres parents avions perdus nos petits repères. Le bébé à quatre pattes qui vivait avec nous avant notre départ, s’était métamorphosé en une jolie petite marcheuse. Une marcheuse très coquine qui plus est, puisqu’elle est maintenant capable de transporter sa peluche préférée de sa chambre jusque dans le hublot de la machine à laver le linge (exemple pris au hasard bien sûr ,)). Oups, nous n’étions pas encore tout à fait habitués.

Les repères aussi, ça rend heureux

Ce retour a été l’occasion pour nous de mesurer a quel point elle avait fait des progrès, à quel point elle avait grandi en tout juste un mois. Nous avons aussi pris conscience plus que jamais de la nécessité que nous avons, nous parents, de nous adapter sans cesse à son rythme. Quand un apprentissage est acquis, l’enfant passe sans transition au suivant.

Nous nous sommes aussi rendus compte de l’importance des repères pour les jeunes enfants. Au fond, l’univers de la miss avant ce voyage, c’était papa, maman, la crèche, les boutons de l’ascenseur, le doudou qu’elle serre dans ses bras avant de s’endormir dans son lit, le paquet de cotons qu’elle froisse quand on lui change la couche, la douceur du tapis d’éveil, le balancement de son transat, le grincement de sa chaise haute… C’est sans doute aussi l’odeur de la lessive que j’utilise, les cloches de l’église en face qui égrènent les heures, le sifflement de la cocotte minute… La miss a été ravie du voyage qui lui a permis d’explorer et de découvrir de nouveaux horizons. Mais elle a aussi adoré redécouvrir les repères qu’elle s’est déjà forgée au cours de sa toute jeune existence et qui ne sont autres que les premiers jalons de sa vie future.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s